Le week-end dernier nous étions à Misano. Non, nous n’étions pas invités pour nous entrainer pour être wild card au GP de Misano (nous avons piscine ce jour là) mais l’objectif était bien de faire des tests. Au programme : mise en conditions réelles du prototype d’écran pour le 3DMS. Et, en bonus, on vous fera une petite présentation d’un jeune Français qui a décidé d’en découdre au pays de Rossi.

3DMS : l’écran

Notre testeur du jour: Julien Tillier

Déjà testé sur route, notre écran devait passer le baptême du feu sur circuit. Afin de faire les choses bien, il a été monté sur la GSX-R 1000 de 2018 de Julien Tillier, pilote du JIMT1 Racing Team. Vu que le JIMT1 Racing team organise des journées piste, participe à des courses mais prépare aussi des motos afin d’en faire des chasseuses de chronos, on peut dire qu’ils sont aptes à tester notre chrono.

L’installation de l’écran se fait en deux minutes chrono, la Gex de Julien étant déjà équipée d’un 3DMS (monté par ses soins).  Julien a décidé de le mettre sur le té supérieur, afin de pouvoir l’avoir dans le champ de vision lorsqu’il est couché derrière la bulle dans la ligne droite. Son gabarit (de l’écran, pas de Julien) fait qu’il trouve sa place sans souci. Pour allumer l’écran, rien de plus simple, il suffit d’allumer le 3DMS et le reste se fait tout seul.

Julien a tout de suite trouvé ses marques dans la navigation et dans les paramétrages (même si le menu est encore en cours de développement), il est donc maintenant l’heure de voir ce que donne un test sur grand circuit, gaz en grand.

Première en haut, Julien s’élance dans la ligne droite. La lisibilité a été un critère de développement très important, le temps passé à regarder le chrono sur circuit devant être réduit au minimum. Le retour de Julien est très positif : la luminosité de l’écran permet de voir les infos même avec du soleil et une visière fumée. Quant aux infos, elles correspondent à ce qu’un pilote demande. Et si vous n’avez pas le temps de regarder toutes les infos, une LED signale que vous avez battu votre meilleur chrono, information basique mais indispensable pour le pilote voulant progresser.

Montage ultra simple

Par rapport à la version finale, les différences principales se situent au niveau des menus mais aussi au niveau du boitier. Pour le développement, nous avons utilisé un boitier réalisé en impression 3D alors que la version de série sera en plastique injecté, bien mieux fini, donc.

Ce test en conditions réelles nous prouve que l’écran du 3DMS est ce qu’attendent les pistards.

On sait que vous êtes impatients de l’avoir en main, mais il va falloir patienter encore un peu, l’écran sera disponible à la vente en mai.

Un Français en Italie

Pas besoin de 3DMS pour voir qu’il prend de l’angle

Ce séjour italien a aussi été pour nous l’occasion de rencontrer un jeune pilote très prometteur : Xavier Navand. Bien que Franc-Comtois, Xavier a décidé d’aller rouler en Italie après avoir été champion de France en 25 Power en 2014 et 2015, 2 fois vainqueur des 23h60 avec le team Guilmet en 2015 et 2017… pour son premier championnat. Oui, on peut dire que le jeune homme est impressionnant. En Italie, il n’a pas démérité et fini vice-champion dans le championnat Moto2 italien, avec 6 podiums sur 7 courses. Il est monté à trois reprises sur la plus haute marche !

Pour 2018, il passe la vitesse supérieure car il va participer au championnat Italien 600 Supersport avec le Samuele Cini Racing Team. Mais ce n’est pas tout, car il sera aussi présent sur les weekends de la Pirelli Cup en Italie, toujours avec le même team.


1 Commentaire

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 2 =